0
Les bornes frontières du XVIIIe siècle

Quatre bornes frontières étaient connues sur le territoire nieppois  

Sur cette face, on distingue les fleurs de lys, armes des rois de France

Sur cette face, on distingue les fleurs de lys, armes des rois de France

Lors du Traité dit des échanges du 16 mai 1769, une nouvelle frontière est dessinée, celle d’aujourd’hui. Nieppe en a conservé des preuves matérielles : les bornes frontières.

Ces bornes, gravées d’un côté des trois fleurs de Lys, armes de nos rois de France, et de l’autre côté de l’aigle bicéphale de la couronne impériale d’Autriche, jalonnaient la frontière. Il y en avait plusieurs à Nieppe. Une seule est encore en place, au coin du chemin d’Oosthove et du chemin Mitoyen.

Sur cette face, on distingue l'aigle bicéphale de l'empire austro-hongrois

Sur cette face, on distingue l’aigle bicéphale de l’empire austro-hongrois

   La deuxième de la rue du Sac a été dérobée en 1988 par de peu scrupuleux amateurs d’antiquités. La troisième, descellée pour les commodités de la circulation, marquait le carrefour formé par le chemin Mitoyen et la rue qui mène à la Clé d’Hollande, la rue du Pavé Fruit, jadis appelé « le pavé de Monsieur Fruict » du nom d’un nommé Fruict des Parcqs, seigneur d’Oosthove. Celui-ci, pour faire plaisir à son épouse, avait fait paver cette partie du « chemin de lis » qui menait de la grand-route à son château. Cette borne est conservée au musée de la ville située au Chäteau.

Selon les témoignages d’anciens riverains de la Clé d’Hollande, une quatrième borne existait sur les rives de la Lys. Elle aurait disparu lors du conflit de la guerre 14/18.  DT

Laisser un commentaire



Gensedeken1fr |
Bibliologiemultimdia |
809 News |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Henrycamara
| Slimbelhajali
| Kawaiiworld11