Accueil

1 octobre 2014

14e Salon du Livre

Dans les coulisses du salon du Livre de Nieppe, une institution aux quatorze éditions

Pour La Voix du Nord, Publié le 30/09/2014

Delphine Tonnerre

Tout a commencé en 2001, quand la responsable de la médiathèque a repris contact avec son maître de CM2, l’auteur Jacques Messiant. Depuis, le salon du Livre nieppois, qui a lieu dimanche, s’est fait un nom.  14e salon du livre

Lucile Delangue, la responsable du pôle culturel de la ville, aime ce qu’elle fait. Avec l’équipe de la médiathèque (six permanents et quatre bénévoles), elle organise le salon du Livre de Nieppe. L’équipe est rodée. Et pour cause. C’est cette année la quatorzième édition. « En 2001, j’avais repris contact avec mon instituteur, Jacques Messiant », se rappelle-t-elle. Premier salon, avec son ancien maître d’école lorsqu’elle habitait Hazebrouck et une vingtaine d’auteurs réunis à Nieppe. Depuis, les éditions se sont succédé. Jusqu’à soixante-quinze écrivains.

Le changement de municipalité n’a pas remis en cause l’événement. Jérémy Lenoir, nouvel adjoint à la culture, a fait confiance à l’équipe. Le thème colle cette année à l’histoire, la Grande Guerre. Contact a été pris avec l’Union des anciens combattants d’Armentières. « Toute l’année, je recherche des auteurs et des intervenants. J’en trouve aussi en lisant La Voix du Nord », explique Lucile Delangue. L’Armentiérois Hans Landler, passionné et bavard, a sélectionné une vingtaine de planches de l’artiste Adrien Barrère (l’exposition complète en compte soixante-neuf) pour proposer une exposition sur ces dessins, chronique des hommes blessés, des territoires meurtris, mais aussi les progrès de la médecine… Jeudi, il en parlera, après la présentation suivie d’une dédicace de Jean-Claude Delpierre, auteur nieppois, qui a collecté des témoignages sur le thème de 14-18.

Quarante Auteurs

Dimanche, ce sera le grand jour. Près de sept cents personnes viendront rencontrer quarante auteurs. Lucile Delangue croit beaucoup à la vertu de ces contacts entre auteurs et lecteurs. Vendredi dernier, Olivier de Solminihac a rencontré des élèves de CM2. « Pour eux, un livre, c’est un objet. Échanger avec l’auteur, ça donne du sens. » Quand on sait que la médiathèque de Nieppe compte 2 400 adhérents (pour une ville de 7 500 habitants), on se dit que ces rencontres touchent leur but : fidéliser les lecteurs, et développer la lecture plaisir.

Le salon côté pratique

Où et quand ? Le salon du Livre a lieu dimanche 5 octobre, de 10 h à 13 h et de 14 h à 18 h 30, à la salle Line Renaud, 821 rue d’Armentières, à Nieppe. L’entrée est gratuite.

Qui ? Le salon du Livre est organisé par l’espace culturel Maurice-Schumann de la ville de Nieppe, en partenariat avec la médiathèque départementale. Quarante d’auteurs seront présents. Sur le thème de 14-18, on citera Jacques Messiant, Éric Vanneufville, Janine Delbecque, Jean-Claude Delpierre, Yves Ghesquière, Frédéric Logez, Philippe Waret et Bernard Leturcq. Trois auteurs en résidence à la villa Mont noir (Rafael Cadenas, David Homel et Bah Mamadou Malal), ont été invités, sept auteurs jeunesse, quatre éditeurs et la librairie Majuscule d’Armentières.

Dès jeudi… En prélude du salon, une soirée est organisée jeudi 2 octobre. Elle démarre à 18 h par une rencontre avec l’auteur nieppois Jean-Claude Delpierre, qui parlera de son livre On a tout perdu. À 19 h aura lieu une conférence autour des dessins d’Adrien Barrère, animée par Hans Landler, vice-président de l’UACA d’Armentières.

Et pendant tout le mois d’octobre Une vingtaine de planches de dessins d’Adrien Barrière seront visibles à la médiathèque.

30 septembre 2014

Assemblée générale du Tennis club nieppois

Année transitoire pour le Tennis-Club-Nieppois 

Gilbert Lefebvre a repris la présidence du Tennis club nieppois

Gilbert Lefebvre a repris la présidence du Tennis club nieppois

Gilbert Lefebvre a invité, vendredi soir, les adhérents du Tennis club nieppois à participer à leur assemblée générale annuelle au complexe sportif Emile Dehouck.

Après avoir accueilli et remercié les membres de la municipalité qui, par leur présence, manifestent l’intérêt porté au club, et les quelques adhérents présents, le président Gilbert Lefebvre a exposé longuement les événements de l’année écoulée.

L’événement le plus marquant étant le départ du responsable de l’école de tennis pour un poste plus intéressant dans un gros club.

Pour le remplacer, le choix s’est porté sur Christophe Carion, Nieppois d’origine, formé au club et moniteur BE depuis 8 ans qui exerçait ses compétences en tant que directeur de l’école de tennis au club de Somain. Comme l’an passé, Florian Landsheere et Guillaume Duhamel complètent l’équipe éducative.

L’effectif de rentrée est de quatre-vingt-dix-sept jeunes licenciés à l’école de tennis pour un total de cent soixante-dix adhérents au club à ce jour.

Christian Verhaeghe, trésorier, a présenté un bilan financier net et rigoureux où apparaît un exercice déficitaire pour l’année 2014.

L’adjoint aux associations, Jérémy Lenoir, remercie Gilbert Lefebvre pour son implication dans la vie associative de Nieppe et promet de rester à l’écoute des besoins du club, plus particulièrement pour les petits travaux de réfection à entreprendre sur les courts intérieurs.

Une fois les bilans adoptés à l’unanimité, le président a annoncé une réunion début octobre pour fixer les responsabilités de chacun au sein d’un bureau légèrement modifié. L’assemblée générale s’est terminée autour du traditionnel pot de l’amitié.  DT

29 septembre 2014

Noces d’Or Jean-Claude Hochart et Odile Gouwy

Jean-Claude et Odile Hochart ont des liens en Or dans leur vie familiale comme dans leurs activités  Noces d'Or Hochart

Dimanche midi, Le maire Roger Lemaire et plusieurs élus ont accueilli Jean-Claude Hochart et son épouse Odile Gouwy dans les salons d’honneur de la mairie pour célébrer leurs noces d’Or en présence d’une nombreuse assistance.

Jean-Claude Hochart est né le 29 mars 1943 à Armentières au foyer de Gaston et Alice. Il est titulaire de la médaille de la Reconnaissance pour avoir passé 12 mois en Algérie. En parallèle avec une belle carrière professionnelle, il a engagé son temps au service de la collectivité comme adjoint à la communication au conseil municipal puis de 1er adjoint et dans diverses associations, plus particulièrement au City-club où il est président depuis plus de 40 ans. Jean-Claude est titulaire de la médaille d’Or de la Jeunesse et des Sports, la médaille de la ville de Nieppe, la médaille d’Or des Donneurs de sang et depuis quelques années, est Chevalier de l’Ordre du Mérite.

Odile est née à Armentières au foyer de Florimond et Célestine le 5 mars 1941. Après avoir obtenu un CAP de couture, elle travaillera chez le tailleur Murgia puis devient vendeuse étalagiste. En 1979, après un congé parental, Odile occupe le poste d’animatrice de la ville jusqu’en 2003 et obtient le BAFA et le Brevet de Directeur qui lui ouvre la direction des centres de vacances. Au City-club, elle prend en charge la direction de nombreuses sections comme la Chorale « Les Fauvettes », les Guinguettes, les Neurones et l’activité théâtre où elle met en scène plusieurs pièces écrites de sa main. Elle se consacre également aux aînés de la commune au Club Amitiés Loisirs dont elle est animatrice depuis sa création en 1972 et la présidente depuis 2003. Odile est titulaire de la médaille d’Argent de la Jeunesse et des Sports ainsi que de la médaille de la ville de Nieppe.

Odile et Jean-Claude se sont unis le vendredi 4 septembre 1964. Deux enfants sont le fruit de cette union qui leur apportera six petits-enfants.  DT

28 septembre 2014

Les 3e du collège Saint-Martin à Notre-Dame de Lorette

Mémoire et guerre au programme pour les élèves de 3e du collège Saint-Martin

Vendredi, les 66 élèves de 3e du collège Saint-Martin ont vécu une journée un peu particulière sur le thème de la guerre et du souvenir.

Les élèves de 3e ont déposé une rose sur une tombe d'un soldat

Les élèves de 3e ont déposé une rose sur une tombe d’un soldat

Ils se sont tout d’abord rendus à Notre-Dame de Lorette. A leur arrivée, ils sont étonnés « Je ne pensais pas qu’il y avait autant de tombes ! » s’exclame Pauline devant les 20 000 croix qui sortent de terre. « Ce n’est rien à côté des 42 000 soldats qui gisent ici, corrige le guide, garde d’honneur depuis plus de 20 ans, il y a aussi 20 000 soldats inconnus rassemblés dans les ossuaires ou sous la chapelle et qui n’ont pas de stèle. »

Chaque élève avait auparavant effectué des recherches aidées sur un soldat de Lorette. Sur place, ils sont invités à retrouver la stèle de ce soldat et à lui déposer une rose. « J’ai été très ému de rendre ainsi hommage à ceux qui se sont battus pour la France », assure Alexandre. Pour Emmanuel, « C’est important de se souvenir et de rendre hommage. J’ai l’impression d’avoir fait mon devoir en déposant cette rose ».

Au détour d’une rangée, Gautier trouve son patronyme. « Celui-ci, qui porte mon nom est-il de ma famille ? » s’interroge-t-il. « Je vais faire des recherches aidé de ma grand-mère ! » .

Collège Saint-Martin   L’après-midi s’est poursuivie au Louvre Lens où les élèves, encore émus de leur matinée, ont profité d’une visite guidée de l’exposition « les désastres de la guerre ». De quoi les convaincre que la paix n’a pas de prix !

Aux professeurs qui ont préparé cette journée de conclure : « Nous espérons qu’ils ont retenu de cette journée qu’on ne peut envisager notre avenir qu’en connaissant notre passé. Se souvenir, faire mémoire, rendre hommage, c’est faire de nos élèves des acteurs de la paix future ! »  DT

27 septembre 2014

Journée familiale de l’Extrême Droite

Fête familiale de Synthèse nationale à la ferme de l’Épinette

Pour La Voix du Nord, Publié le 27/09/2014

La Voix du Nord  La ferme de l'Epinette

Ce samedi, la ferme de l’Épinette a été louée par Synthèse nationale, revue d’extrême droite, pour une «grande journée familiale et militante». La deuxième, la première s’étant tenue en septembre de l’an passé. «Une fête privée, une journée de détente. On ne fait pas de politique» sourit Luc Pécharman à l’initiative de cette journée, où l’on ne pouvait assister que sur réservation moyennant 15 euros par repas. «C’est réservé aux militants», résume-t-il.

Pourquoi Synthèse nationale se réunit-elle toujours dans la région à l’Épinette ? Parce c’est fiable : pas de crainte de voir le loueur se désister au dernier moment dans la mesure où Gaston Lemaire, le propriétaire, est militant du Front National, troisième sur la liste Bleu Marine de Didier Lejeune à la dernière élection municipale où cette liste a obtenu un siège. Quand on rapproche son mouvement du Front national, Luc Pécharman qui a quitté le FN en 2007 et se trouve délégué régional de la Nouvelle droite populaire, s’indigne « On ne se reconnaît pas dans le Front de Marine de Pen ». Sa revue a lancé une nouvelle revue, Cahiers d’histoire du nationalisme. Léon Degrelle, Belge nazi, antisémite, xénophobe et négationniste, a fait l’objet du premier numéro. Jacques Doriot, à base d’archives du père de Didier Lejeune, est sorti le 11 septembre.

Quant à Gaston Lemaire, le propriétaire de la ferme, il avance qu’il loue à qui paie. C’est vrai qu’il y a des mariages, des fêtes étudiantes ou techno… Mais c’est vrai aussi que l’endroit est devenu le lieu de rassemblement de l’extrême droite de la région Flandre-Artois-Hainaut.

26 septembre 2014

Bal Folk

Samedi, au bal folk, la Piposa invite la Cie Maurel

Pour la Voix du Nord. Publié le 26/09/2014

Catherine  Quételard  Piposa

Samedi, la salle Line-Renaud accueillera le troisième bal folk de la Piposa et des Pantouflards. Ils ont invité le duo auvergnat de la Cie Maurel.

Pour les membres de la Piposa, le bal folk c’est l’occasion d’aller danser sans complexe. « Le concept date en fait des années 1970: une salle, une scène, un groupe de musiciens jouant la musique en live pour les danseurs, une buvette, des tables et chaises, et la piste de danse. L’idée: retrouver l’ambiance des fêtes populaires et bals des familles d’autrefois. L’occasion de se retrouver, de s’amuser, et pourquoi pas de danser ! Pas besoin de savoir les pas, bien souvent on apprend sur le tas, comme le faisaient les anciens et comme l’ont appris bon nombre de danseurs maintenant confirmés. Et surtout, le bal folk est une fête populaire, où l’on se rencontre, où l’on discute, ou la musique est joyeuse, c’est la fête ! » expliquent-ils.

Les folkeux ont invité des musiciens auvergnats, la Compagnie Maurel & Frère. Raphnin (accordéon diatonique) et Wilton (violon, chant) mêlent musiques traditionnelles et compositions personnelles. Au menu : chansons poétiques, drôles ou participatives issues de l’imaginaire auvergnat ponctuées par des textes et histoires courtes sur des thèmes du patrimoine local. Ils nous annoncent « rien d’autre qu’un récital arverno-romantique, des musiques à vibrer ».

Le groupe des Pantouflards s’est formé en 1997 au sein des ateliers de la Piposa. Il est composé d’Étienne Boulanger (accordéon diatonique, tuba, cabrette, petite cornemuse, jazzoflûte, chant), Joseph Boulanger (cornemuses 14&20 pouces, petite cornemuse, trombone, choeurs), Xavier Gambier (percussions, choeurs), Claire Genet (clarinette, choeurs), Mathilde Heuguebart (vielle à roue, accordéon chromatique, chant). Un disque, Black Savate, enregistré à Nieppe, est sorti en 2012. Et un bal était organisé dans la foulée. Le succès les a amenés à réitérer l’expérience. Créée en 1984 sous l’impulsion de Bernard Boulanger, la Piposa (association basée à Sailly-sur-la-Lys) s’est donnée comme objectif de pratiquer et transmettre les musiques traditionnelles dans la région. Elle se distingue par ses valeurs associatives : les animateurs des différents ateliers sont tous bénévoles et le prêt d’un instrument est gratuit La Piposa compte actuellement plus de 100 membres. Nombre d’entre eux ont créé ou intégré des groupes musicaux. Dont Envoyez les violons qui organise la fête du violon populaire à Nieppe chaque année en février .

Entrée 6 euros. Verre de l’amitié offert si vous venez déguisés. Petite Restauration et bar disco sur place. À Nieppe salle Line-Renaud, 821 Rue d’Armentières. http://chezlespantouflards.free.fr/ lespantouflards@gmail.com. Samedi 27 septembre de 20 h 30 à 0 h 30.

25 septembre 2014

Stand de Tir: Nieppe dans l’expectative

Armentières: les tireurs dans le flou et en colère

Par la rédaction pour La Voix du Nord, Publié le 25/09/2014

A. S. (CLP)

Où doit-on aller, demandent les tireurs armentiérois ?

Où doit-on aller, demandent les tireurs armentiérois ?

Verront-ils enfin la lumière au bout du tunnel ? C’est ce qu’espéraient les tireurs participant à l’assemblée générale des Amis réunis armentiérois (ARA).

De l’avis des adhérents, on n’avait jamais vu autant de monde autour du président du club de tir de l’ARA pour une réunion. Et pour cause. le président a indiqué : « Je n’ai aucune vision pour l’avenir, beaucoup d’adhérents sont partis et le bilan financier est en chute libre (193 licenciés en 2009, une soixantaine aujourd’hui).Il faudra peut-être rendre la subvention au centre national pour le développement du sport car les objectifs ne sont pas atteints et il a fallu limiter les investissements. Quant aux compétitions, le club ne pourra plus payer que les déplacements. »

Les tireurs sont inquiets, beaucoup s’interrogent sur l’intérêt de prendre une licence, certains ont le sentiment qu’on « les mène en bateau depuis cinq-six ans ». « Vous avez dit en 2011, que vous alliez remplacer notre stand par quelque chose d’équivalent ou mieux encore », lance un licencié au maire, Bernard Haesebroeck, qui répond : « L’ancien site n’a été quitté qu’en juillet 2013. Un projet bien ficelé avec une entente Armentières, Bailleul, Nieppe, avait été mené. Armentières apportant 500 000 €, Bailleul 250 000 et Nieppe 200 000 €. Nieppe mettant à disposition le terrain. Des études ont été diligentées pour 30 000 €. Pour accoucher d’un projet de 1,7 million euros. La police belge, la police des douanes, la police nationale voire la gendarmerie étaient intéressées. Les dossiers de subventions étaient montés. »

Deux solutions alternatives

Aujourd’hui, Bailleul n’est plus intéressé, Nieppe va réfléchir. Bernard Haesebroeck, qui ne désarme pas va de nouveau rencontrer le maire de Nieppe et celui de Bailleul (dont les tireurs venaient à Armentières). Plusieurs lieux sont envisagés pour le nouveau stand : Jules-Ferry, provisoirement ; le site Frans Bonhomme, qui se prête au tir à dix et vingt-cinq mètres, mais contient de l’amiante.

Le terrain idéal se situe à Nieppe. Si un accord de coopération peut être trouvé avec Nieppe – Bernard Haesebroeck le souhaite ardemment – la viabilisation du terrain serait envisageable en 2015 et des installations modulables et évolutives pourraient voir le jour mi-2016.

Au bureau de l’ARA, Mehdi Boundati a été élu vice-président à l’unanimité suite au désistement de Frédéric Boidin.

24 septembre 2014

Saison Débutants du Football District Flandre

La saison des footballeurs débutants est lancée, malgré les nouveaux rythmes scolaires

La Voix du Nord, Publié le 24/09/2014

Daniel. Terrier. (CLP)

Jean-Christophe Dehouck

Jean-Christophe Dehouck

Les responsables de la commission des débutants du District Flandre se sont réunis à l’US Pérenchies pour préparer la prochaine saison en présence des onze clubs inscrits : JA Armentières, BAC Sports, Bois-Grenier, Erquinghem, Fleurbaix, Frelinghien, Houplines, La Chapelle-d’Armentières, FC Nieppe, Pérenchies, Verlinghem et Wambrechies.

Jean-Christophe Dehouck entame sa vingt-septième saison au sein de la commission jeunes du district Flandre de football.

Jean-Christophe Dehouck, animateur sportif à la ville de Nieppe, responsable du secteur d’Armentières-Vallée de la Lys à la commission débutants du District Flandre. Il organise plus particulièrement les plateaux de débutants du secteur. « La réforme des rythmes scolaires perturbe l’organisation des plateaux de débutants et nous devons en tenir compte. Nous avons dû adapter les rencontres suivant les horaires scolaires appliqués dans les écoles et suivant chaque commune », précise-t-il.

Une première journée d’accueil a eu lieu pour les U8 le 20 septembre, une autre se déroulera ce samedi pour les U8 à Erquinghem à 10 h.

La Chapelle-d’Armentières accueillera U7 et U8 le 4 octobre à 14 h, Nieppe des U7 le 8 novembre à 10 h.

La journée nationale des débutants n’a pas encore été définie pour 2015. La prochaine réunion des clubs de débutants se tiendra au club house d’Houplines lundi 10 novembre à 19 h.

23 septembre 2014

Voyage du City club

City-club a bronzé sur la plage d’Agadir

Le City-club a passé ses vacances à Agadir au Maroc

Le City-club a passé ses vacances à Agadir au Maroc

Le City club a organisé son traditionnel voyage d’été avec pour destination cette année le Maroc

L’hôtel Iberostar Founty Beach d’une propreté irréprochable et à la restauration convenable, situé en bord de mer a permis aux adhérents du City club de passer un agréable séjour. La plage de sable fin sous une corniche très large et bien fleurie sur près de 5 kilomètres, s’étendant jusqu’au port de pêche ont permis à nos vacanciers d’effectuer de longues balades tout en contemplant la mer d’un côté et les hôtels, restaurants et quelques boutiques de l’autre.

Anes, dromadaires, calèches ont contribué à se remplir d’images plein la tête lors des diverses excursions. Une réception chez l’habitant berbère leur a donné un aperçu de leur culture avec en prime un programme de danses folkloriques le soir après le dîner.

Les 43 participants sont revenus enchantés, ravis de leur séjour du Maroc, malgré certains petits problèmes « intestinaux » pour quelques vacanciers !

Ils sont de retour, avec dans leurs valises beaucoup de soleil « marocain ». Il faut dire que le climat nieppois ne peut que les inciter à reprendre les activités du City-Club avec  enthousiasme en particulier avec les Guinguettes mercredi 24 et le Tarot jeudi 25  septembre en attendant l’assemblée générale qui se déroulera samedi 4 octobre à 18h.

22 septembre 2014

Challenge Philippe Bassement

Le tournoi de pétanque se termine dans la confusion, un homme part avec la caisse

La Voix du Nord, Publié le 22/09/2014

Par C. Q. (Avec D. T., CLP)  Pétanque

Samedi, le challenge Philippe-Bassement organisé par le Pétanque-club de Nieppe, au complexe sportif, a viré au fait divers. À la suite d’erreurs diverses et dans la tension, un des inscrits est parti avec la caisse, qui contenait 630 euros.

Patrick Bassement, président depuis trois ans du club de pétanque, organisait pour la deuxième année un challenge en hommage à son frère décédé, Philippe Bassement.

Mais cette fois tout a déraillé dès le début. L’enregistrement des concurrents s’est mal passé, les organisateurs intervertissant les noms et les prénoms. Soixante-trois équipes en poules de quatre sont finalement enregistrées mais on y découvre un absent, ce qui bouleverse le tirage au sort.

Homme alcoolisé

Les organisateurs décident de recommencer l’enregistrement. Avec une heure de retard sur l’horaire prévu et après des demandes de remboursement, le président s’exécute et sort la caisse. C’est alors qu’un homme, alcoolisé, selon les dires de Philippe Bassement, s’empare de la cassette et s’enfuit à bord d’une Clio blanche avec des amis. Le président a déposé plainte au commissariat d’Armentières, qui a ouvert une enquête.

12345...77

Gensedeken1fr |
Gensedeken1fr |
Bibliologiemultimdia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Henrycamara
| Henrycamara
| Slimbelhajali