Accueil

25 avril 2015

La ferme de L’Epinette fermée

La ferme de l’Épinette fermée par arrêté préfectoral 

Ferme de l'Epinette

Ferme de l’Epinette

Par la rédaction pour La Voix du Nord, Publié le 25/04/2015

Catherine Quételard

Christophe et Angélique avaient décidé de fêter leur mariage là, ce samedi. Mais la ferme de l’Épinette, salle privée proposée à la location, a dû fermer par arrêté préfectoral suite au passage de la commission de sécurité.

La ferme de l’Épinette, tous volets clos et gardée par des caméras de surveillance, se trouve à l’écart, au bout de la zone d’activité nieppoise proche de l’A25.

Christophe et Angélique se sont mariés ce samedi, mais à la salle des fêtes de Bailleul et non à Nieppe, comme prévu au départ. Depuis 2006, la ferme de l’Épinette est souvent louée pour ce genre de circonstances ou pour toute autre fête ou rassemblement (banquet, communion, mais aussi fête techno). Elle est aussi connue pour accueillir des rassemblements du Front national et des identitaires.

Son propriétaire, Gaston Lemaire (candidat FN sur le canton de Wormhout et troisième sur la liste FN aux municipales de Nieppe) reconnaît accepter quiconque s’acquittant de son dû. C’est un espace privé mais soumis, comme tout établissement recevant du public, à l’avis de la commission de sécurité. Passée dernièrement elle a signalé des points à rectifier pour que la salle soit conforme à la réglementation en vigueur. Suivant cet avis, la préfecture de Dunkerque a pris un arrêté de fermeture. Cette commission, composée d’un représentant de l’État, des collectivités territoriales et des pompiers, a des critères très techniques : cela va des portes coupe-feu aux sorties de secours en passant par les extincteurs et le nombre de personnes à accueillir en fonction de la surface.

Jusqu’alors, la salle nieppoise avait subi sans sanction ces contrôles réguliers. Cette fois-ci, le propriétaire doit effectuer des travaux avant qu’elle ne passe à nouveau pour les constater.

Contacté ce samedi, Gaston Lemaire regrettait de ne pouvoir nous parler car il avait « les mains dans le plâtre ». Début des travaux sans doute.

 

23 avril 2015

Peut-être un mini marché à la clef d’Hollande?

Un primeur s’installe à la Clef d’Hollande le dimanche matin 

Un primeur s'est installé le dimanche matin

Un primeur s’est installé le dimanche matin

Depuis Pâques, un primeur vend ses légumes et fruits de saison le dimanche matin à la clef d’Hollande.

Ce marchand de légumes, qui fréquente également le marché hebdomadaire du samedi à Nieppe, propose toute une gamme de légumes de saison que vous pouvez trouver sur les marchés habituels de la région et également des fruits de saison comme les fraises qui font leurs premières apparitions.

Vous pourrez apercevoir son étal sur le trottoir du café de la clef d’Hollande chaque dimanche de 9h à 13h.

Christophe et Sandra, les tenanciers du café de la Clef d’Hollande souhaitent et  travaillent pour qu’une rôtissoire avec vente de poulets rôtis vienne s’ajouter à ce service de proximité.

Et pourquoi pas quelques marchands ambulants ne viendraient-ils pas les rejoindre pour égayer ce mini marché ?  DT

Voyage du collège Saint-Martin

Les élèves du Collège Saint Martin au bord de l’Adriatique.

Les élèves ont découvert Venise et la place Saint-Marc

Les élèves ont découvert Venise et la place Saint-Marc

 

 

Samedi, cinquante-deux élèves des classes de 4e et 3e du collège Saint-Martin se sont partis une semaine découvrir les bords de la mer Adriatique.

Nos collégiens ont commencé leur périple par Venise et son Grand Canal, la Basilique Saint Marc et beaucoup d’autres lieux mythiques qu’ils ont pu également contempler du haut du Campanile.

Ensuite, les élèves ont pris la route pour la Croatie en passant par la Slovénie et la visite des grottes de Postojna, les plus grandes d’Europe. Près de la Bosnie-Herzégovine, ils ont parcouru le parc de Plivitce, classé au patrimoine de l’UNESCO avec qui le collège est associé.

Avant de visiter la capitale slovène Ljubljana, ils passeront une journée en Istrie pour contempler notamment les vestiges de l’époque romaine. Une semaine riche de découvertes et de partage.   DT

Les collégiens voyaget autour de l'Adriatique

Les collégiens voyaget autour de l’Adriatique

Defipayette

Battles et performances chorégraphiques dans la galerie marchande de l’Hyper U 

Defipayette était dans la galerie marchande de l'Hyper U

Defipayette était dans la galerie marchande de l’Hyper U

 

Marius Willepotte, patron de l’Hyper U de Nieppe a accueilli, lundi soir, Dominique Shine, alias Homardpayette, photographe lillois, pour des rencontres de danseurs dans le cadre du week-end « Je rêve et je fais ».

 

Ces rencontres de danses baptisées Defipayettes se dérouleront au Flow (centre européen des cultures urbaines) de Lille le samedi 9 mai avec la participation de danseurs de pointure mondiale.

David Colas et Santiago ont fait une démonstration chorégraphique

David Colas et Santiago ont fait une démonstration chorégraphique

 

Dans la galerie marchande de l’Hyper U de Nieppe, l’assistance pouvait découvrir, sous les airs de musique live, la performance chorégraphique de David Colas et Santiago, suivie de 2 battles, (duel de danses) à 2 contre 2. David Colas et son complice Santiago ont démontré leurs talents de danseurs en affrontant deux autres danseurs non moins méritants, Nicolas Sannier et Zoranne.

L’assistance était juge de ces duels et ont désigné les vainqueurs en applaudissant et lançant des confettis, les fameuses paillettes, sur les danseurs qui les ont les plus impressionnés.  DT

22 avril 2015

Agression au carnaval de Bailleul

Un Nieppois condamné pour des coups au président de la philanthropique à la fin du carnaval de Bailleul

Pour La Voix du Nord, publié le 21/04/2015

Christian Taffin

Gilles Blaevoet

Gilles Blaevoet

Le tribunal de Dunkerque jugeait ce mardi matin l’homme poursuivi pour avoir porté un coup de tête et des coups de poing au visage au président de la Philanthropique de Bailleul, Gilles Blaevoet, le 17 février dernier au moment de l’épilogue du carnaval, la rentrée du géant Gargantua. Ce Nieppois âgé de 41 ans a été condamné ce midi.

// Gilles Blaevoet, président Société philanthropique de Bailleul, avait été violemment agressé au soir du Mardi gras, juste avant la rentrée du géant Gargantua qui allait refermer le carnaval.

Lire aussi : carnaval-de-bailleul-gilles-blaevoet-agresse-mardi-soir-ia18b47634n2668049

La scène de violence du mardi 17 février aux alentours de 20h dans la rue de l’Ancienne-Poste-aux-Chevaux avait terni la fin d’un carnaval bailleulois qui avait auparavant été un bon cru, tant du point de vue de la météo que de la participation du public.

Président de la Société philanthropique qui organise ce carnaval et qui veille à son bon déroulement, Gilles Blaevoet, avait été agressé par un carnavaleux ivre qui lui avait dit « tu te souviens de ce que tu m’as dit ? » avant de lui porter un coup de tête et des coups de poing au visage.

L’homme déguisé s’était ensuite enfui. Un gendarme qui n’était pas de service avait vu la scène, alerté le commissariat et accompagné les policiers à la recherche de l’agresseur. Peu après, il le reconnaissait dans une rue voisine et les policiers interpellaient un Nieppois âgé de 41 ans. Il était en outre porteur d’un couteau lors de son arrestation. Gilles Blaevoet reconnaîtra également aussitôt en cet homme son agresseur.

Quant au Nieppois, il avait près de deux grammes d’alcool par litre de sang et disait ne se souvenir de rien. Il ne connaissait pas Gilles Blaevoet, qui déclarait lui aussi ne pas le connaître. Devant le tribunal de Dunkerque ce mardi matin, le Nieppois a continué à dire n’avoir aucun souvenir de l’agression pour laquelle il était poursuivi devant l’audience à juge unique, tout en exprimant des regrets s’il a pu être l’agresseur.

Très choqué par l’agression

En témoignant à la barre du tribunal, Gilles Blaevoet a dit combien cette agression l’avait choqué, d’autant plus qu’avec ses amis de la Philanthropique, ils font énormément de prévention contre l’alcoolisation et la violence au carnaval. Il a aussi confirmé avoir reconnu son agresseur « par rapport à son déguisement, d’autant qu’on était quasiment seuls au moment des faits ».

Mathilde Loiseau, qui présidait l’audience à juge unique, a éclairé la personnalité du prévenu. Célibataire, il suit un traitement avec des médicaments antidépresseurs et anxiolytiques. Ce voyageur représentant de commerce est en arrêt maladie depuis le 15 janvier. Il avait été autrefois consommateur de cannabis et a souffert ensuite d’une addiction à l’alcool pour laquelle il est suivi au Cèdre bleu à Armentières. « Je suis allé les voir de moi-même », explique-t-il, après la rupture avec sa compagne, souffrant elle-même d’addiction à l’alcool.

Pour Me Alain Deramaut, avocat de Gilles Blaevoet et de la Philanthropique, « ça n’est pas une présomption d’innocence que d’affirmer qu’on ne se souvient plus de rien ». Il rappelle qu’on pouvait voir à Bailleul des affiches proclamant « carnaval respectueux, carnaval heureux ». Il souligne tous les efforts de la Philanthropique en matière de prévention pour que tout se passe bien dans un carnaval à l’esprit familial. Pour l’avocat de la victime, la reconnaissance de l’agresseur par un gendarme et par son client n’ouvrent pas la route au doute. Il regrette de le voir à l’audience « tenter de fuir ses responsabilités ». Me Deramaut a dit aussi au tribunal combien l’agression avait gâché la fin du carnaval, la rentrée du géant Gargantua s’étant effectuée avec tristesse et sans musique de la part de carnavaleux très choqués.

La représentante du parquet a requis une peine de trois mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve avec obligation de soins et interdiction de porter ou détenir une arme. Pour elle aussi, l’identification du prévenu par le gendarme et la victime est formelle.

L’avocat de la défense, Me Simon Perot, a plaidé la relaxe, estimant pourtant que la procédure n’établissait pas formellement que son client était l’agresseur. Ce n’était pas l’avis de la présidente de l’audience, qui a condamné le Nieppois à deux mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve avec interdiction de détenir une arme. Il devra payer 830 € à Gilles Blaevoet. La Société philanthropique, qui s’était également constituée partie civile, a été déclarée irrecevable par le tribunal.

Atelier de tapisserie

« Chaque fauteuil est une aventure » pour la créatrice du Sofa Bleu

Emmanuelle Taverniers

Emmanuelle Taverniers

Pour La Voix du Nord, Publié le 21/04/2015

Catherine Quételard

Dans une autre vie professionnelle, elle a été courtier en prêt. Depuis quatre ans, Emmanuelle Taverniers a retrouvé le chemin de la ferme familiale où elle a installé son atelier de tapisserie, Le Sofa Bleu. Une reconversion réussie pour cette passionnée.

Fauteuils, rouleaux, collections de tissus côtoient machine à coudre et tables de travail. Emmanuelle Taverniers a investi trois pièces de la ferme au carré de ses parents, des agriculteurs retraités, pour y établir son atelier. Après une dizaine d’années dans le courtage de prêt, elle s’est reconvertie avec bonheur dans la tapisserie. La formation AFPA, près de Decazeville (Aveyron), la conforte dans son projet. Et sa formation initiale, un BTS force de vente, lui confère « une vraie aisance auprès des clients ».

Quant à son goût pour ce métier manuel, elle se souvient des cabanes qu’elle construisait avec son voisin. Une enfance à la campagne laisse des acquis : « On ne jouait pas à la console, mamie me faisait faire du crochet et du point de croix », sourit-elle en empoignant son marteau pour planter des clous. Eh oui c’est un métier plutôt physique : « Je ne suis pas une craquelotte, du haut de mon 1,75 m », lance-t-elle en reconnaissant refuser les canapés et « ce qui ne rentre pas dans le Kangoo ».

« J’ai toujours aimé les beaux meubles », confie-t-elle. Elle conseille ses clients : « La plus grosse négociation, c’est le tissu » assure-t-elle. Il s’agit souvent de sièges de famille à la garniture usée mais que la personne a envie de conserver proche de son jus d’origine. « S’il y a des broderies de mamie, je leur propose de faire un petit coussin avec. » Pour d’autres, plus jeunes, c’est une moisson de braderie ; ils veulent moderniser l’ensemble et même faire dépareiller. S’adapter au client, le satisfaire pour que le bouche-à-oreille serve de publicité, telle est sa manière. Qui lui réussit : « Je ne veux surtout pas passer du côté showroom ; on vient ici dans l’atelier, il n’y a pas de badaud ; on vient avec son projet, ils adhèrent ou pas », avertit celle qui en vit – « L’artisanat nourrit son homme mais pas avec opulence » – et voit son carnet de commandes garni jusqu’à Noël.

« Un métier passionnant ». Elle en aime toutes les étapes, du déshabillage au revêtement. Et pense déjà au prochain chantier. Après ce fauteuil club en velours ocre jaune, ce sera au tour des fauteuils studio en cuir vert. Sur l’assise usée, un lainage vert s’assortira bien avec le dossier. Et puis il y a ces fauteuils années 50, apportés par une décoratrice, Mélanie, une copine d’enfance qui a créé mdeko.com à La Croix-du-Bac, ou d’autres. Elle peut participer à des chantiers où elle rencontre quatre à cinq corps de métiers différents. Elle crée aussi des sièges. « Trouver le fauteuil ou la chaise qui me transporte… » rêve-t-elle.

Elle ne regrette pas deux minutes d’avoir démissionné il y a sept ans de son emploi précédent. « J’ai besoin de renouveau ; à 80 ans je voudrais me retourner et voir tout ce que j’ai fait, différentes carrières professionnelles » confie cette femme de 38 ans pour qui « chaque fauteuil est une aventure ».

20 avril 2015

4e fêtes des Cantinières

Du soleil et des géants pour la 4e fête des Cantinières 

Le rigodon final a clôturé la 4e fête des Cantinières

Le rigodon final a clôturé la 4e fête des Cantinières

Dimanche, Romuald Tocci et les Amis de Miss Cantine et Tiot Dédé ont invité, pour la 4e fête des Cantinières, près d’une trentaine de géants portés. Le cortège qui s’est déroulé sous un soleil radieux, démarrait rue d’Armentières à la hauteur des ateliers municipaux pour se terminer sur la place du Général de Gaule en faisant un crochet par la cité Coisne.

L'Orchestre d'Harmonie fait danser les géants

L’Orchestre d’Harmonie fait danser les géants

 

Nos géants venus de diverses villes du Nord et du Pas-de-Calais découvraient, pour la majorité, Nieppe pour la 1ère fois. Le public était également nombreux tout au long du parcours pour encourager les bénévoles de l’association organisatrice et applaudir les groupes locaux, fanfares et harmonies qui accompagnaient nos géants.   Tout le monde s’est ensuite retrouvé devant la mairie pour le rigodon final dansé sur   des airs interprétés par l’Orchestre d’Harmonie de Nieppe, sous les applaudissements chaleureux des nombreux spectateurs.  DT

4e fête des Cantinières
Album : 4e fête des Cantinières

24 images
Voir l'album
 DSC_01354e fête des Cantinières

Badminton

Le Nieppe badminton club propose une journée découverte

BadmintonLe Nieppe Badminton Club (NBC) organise une journée découverte dimanche 25 avril de 10h à 13h à la salle omnisports.

Entrée libre.

Braderie de la 4e fête des Cantinières

Du soleil et des bradeux pour la 4e braderie des Cantinières 

Diverses animations ont égayé cette braderie des Cantinières

Diverses animations ont égayé cette braderie des Cantinières

Romuald Tocci et ses Amis de Miss Cantine et Tiot Dédé affichaient un énorme sourire lors de la braderie organisée pour cette première journée de la 4e fête des Cantinières

Non seulement le soleil était au rendez-vous, mais plus de quatre cents exposants s’étalaient sur les 2 kms du parcours situé du côté impair de la rue d’Armentières. La foule de visiteurs, estimée à plusieurs milliers, aura permis aux bradeux et bradeurs de faire des affaires. Tout était à vendre de la capsule de champagne, des bibelots et de la vaisselle disparate au vieux fer à repasser et vieux outils en passant par les habits d’enfants, ou du mobilier. Un particulier vendait également de la sève de bouleau en litre, recette analgésique naturel vieux de plusieurs millénaires.

Les organisateurs avaient également prévu des animations tout au long du parcours en invitant un sculpteur de ballons, deux robots transformateurs, le groupe local des Trolls de Farfadets et le groupe bailleulois des Indépendants qui ont ajouté une note carnavalesque à cette manifestation.

Un beau prélude au cortège des géants prévu le lendemain.  DT

Braderie des Cantinières
Album : Braderie des Cantinières

15 images
Voir l'album

Audition de guitares

La classe de guitares auditionne à la mairie 

la classe de guitares de l'école de musique

la classe de guitares de l’école de musique

Pascal Hennion, directeur de l’école de musique municipale a invité Jean-Sébastien Ponchel, professeur de guitares, vendredi soir dans les salons d’honneur de la mairie pour une audition de la classe de guitare.

Les élèves ont interprété en solo, duo ou trio, seuls ou accompagnés de leur professeur, divers morceaux choisis, des Beatles et l’Hymne anglais à des airs de musique espagnole et italienne en passant par des rondes enfantines comme le Pont d’Avignon ou de la musique de film avec Ennio Morricone «  le Bon la Brute et le Truand ». L’ensemble guitares, groupe constitué de sept élèves, ont débuté ce mini concert par Blackbird des Beatles.

L’assistance a surtout ressenti chez les enfants, malgré parfois chez les débutants un passage plus difficile, le réel plaisir de chacun de jouer de leur instrument de prédilection : « la Guitare ». Nos jeunes musiciens ont largement mérité les applaudissements de l’auditoire présent.

Pascal Hennion donne rendez-vous aux mélomanes vendredi 24 avril à l’église Notre-Dame-de-Bon-Secours pour une audition des classes de piano-violon dans le cadre du 9e festival de Musique au Musée.  DT

12345...104

Gensedeken1fr |
Bibliologiemultimdia |
809 News |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Henrycamara
| Slimbelhajali
| Kawaiiworld11